Partagez | 
 

 Drapeau blanc || Pv Jayden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
I AM A PERFECT MEMBER

messages : 36
age : 20 ans
situation civil : Célibataire
travail : Artiste-peintre
célébrité : Barbara Palvin


Un peu plus
Bonus:
Situation rp:


MessageSujet: Drapeau blanc || Pv Jayden   Dim 14 Oct - 20:09

Jayden & Lys.
« Drapeau blanc »

Un retour aux sources. Voilà ce dont j'avais le plus besoin après deux ans passés à l'étranger. Fréquenter une université bien loin de chez moi avait été la seule raison crédible pour m'éloigner de ma famille. Mon adolescence ayant été mouvementée, j'avais songé qu'il fallait mieux - pour moi, pour ma mère et mon beau-père, pour le bien-être de notre relation - partir au loin et revenir lorsque ma frustration serait retombée. A mon départ, je pensais déjà que je puiserais ma force dans cet éloignement ; cela m'avait permis de mûrir un peu, de dissiper légèrement mon tempérament capricieux qui s'enflammait quand on m'imposait quelque chose. De grandir, tout simplement... Ce que je ne savais pas, par contre, c'était que ma famille me manquerait autant. J'étais tellement en colère suite à mes fiançailles imposées puis ratées que j'accusais ma mère et Adrian de tous mes malheurs. Mais s'éloigner d'eux m'avait permis d'ouvrir les yeux. Repliée en France, avec pour seules ressources le fruit de la sueur de mon front, vivant seule, je sentis au plus profond de mon être l'importance d'une famille. Et je leur pardonnais avec plaisir, remettant mes chagrins passés sur le compte de ma jeunesse naïve.

Accoudée à la fenêtre de notre maison familiale, je repoussais ces souvenirs peu glorieux de ma vie d'un léger haussement d'épaules. Je m'accordais par contre le droit de repenser aux joyeuses retrouvailles avec ma famille. J'avais laissé une fillette pour demi-soeur, je retrouvais une jeune femme qui rayonnait de beauté. Sur le visage de ma mère, des rides nouvelles sillonnaient ses traits rendant sa beauté royale encore plus accrue. J'admirai, comme lorsque j'étais enfant, son maintient gracieux, ses cheveux dorés qui ondulaient élégamment près de son cou. Elle m'ouvrit les bras, je m'y jetai avec passion. Même Adrian eut droit à une accolade brève... Pourquoi ressasser toutes ces mauvaises tensions alors que l'on pouvait reprendre sur de nouvelles bases ?

Le coeur léger, je m'accordai avec plaisir une semaine de répit pour reprendre ma vie d'antan. Pendant ce court délai, je passerai du temps avec ma famille et j'en profiterai pour trouver un appartement dans la ville. Il était hors de question de revenir habiter à la maison puisque j'étais habituée à ma vie solitaire. De même, je ne pensais pas que ma mère soit ravie d'avoir tous mes pots de peinture accaparer une de ces belles pièces. Ils s'étaient tous habitués à la vie sans moi, je n'allais pas revenir en force pour piétiner sur leur territoire.

Ainsi, deux jours après mon arrivée, je me décidais de visiter un appartement qui me tentait bien. J'avais pris contact avec le propriétaire qui s'était montré chaleureux et disponible. Il mettait à ma disposition le logis que je pouvais regarder à loisir toute la matinée. J'allais donc profiter de l'occasion pour voir s'il me correspondait. On le disait petit mais bien ensoleillé et proche du centre-ville. Il faisait parti d'un immeuble habité essentiellement par des jeunes gens. Cela pourrait me permettre de faire de nouvelles connaissances, moi qui avait rompu contact avec la plupart de mes anciens amis.

J'avais donc réservé ma matinée pour visiter l'appartement. Sortant après un bon petit-déjeuner, je sautais sur mon vélo et pédalais joyeusement jusqu'à l'adresse que m'avait donné le propriétaire. Arrivée à destination, je levais ma tête pour embrasser d'un regard l'immeuble qui était assez grand. L'appartement se trouvait au septième étage mais cela ne posait pas problème. Je pénétrai tranquillement dans le hall, les mains dans les poches de ma parka. Mes pas me dirigèrent vers l'ascenseur. Un bruit étrange en provenait, mes yeux se posèrent hésitants vers les escaliers mais mon côté casse-cou finit par vaincre. Je poussai le bouton. La porte s'ouvrit. Je fus rapidement rejointe par une autre personne. Un jeune homme. Probablement un futur voisin si je me décidai à emménager. Je lui adressai un hochement de tête poli avant de lui laisser place afin qu'il accède aux commandes.

« Je me demande à quelle époque appartient cet ascenseur pour faire un bruit pareil » , affirmai-je, avec un haussement de sourcil. Je ne m'inquiétais pas du tout. J'aurai du mais j'étais loin de m'attendre à ce qui allait arriver.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I AM A PERFECT MEMBER

J'aime pas les autres. Ils cherchent tous à profiter de moi et à m'entuber comme si j'étais le pire des idiots. De toute façon, la seule personne qui me comprend, c'est le livreur de pizza lorsque je veux bouffer comme un gros.
messages : 80
age : 22 ans
situation civil : Célibataire
travail : Animateur radio
célébrité : Fransisco Lachowski


Un peu plus
Bonus:
Situation rp: 2 Rp disponibles


MessageSujet: Re: Drapeau blanc || Pv Jayden   Dim 14 Oct - 20:52


Jayden & Lys


Grognant et fourrant ma tête dans mon oreiller «Bob l'Éponge », je laisse la chanson me réveiller doucement, mais sûrement. Je déteste le matin ; encore plus que les fourmis, alors c'est pour dire. Ce n'est exactement qu'au bout de dix minutes que je me décide enfin à me bouger les fesses en posant mes pieds sur le sol tiède pour tirer les rideaux des deux fenêtres de ma chambre. Le soleil doit être levé depuis maintenant plus d'une heure pourtant, le ciel est encore zébré des nuages de cuivre et d'or de l'aube. C'est un beau spectacle. J'ai beau avoir l'air banal en disant cela, mais je trouve les levés et couchers de soleil magnifiques. Je suis déjà sûr que Cloud est en train de guetter ma belle frimousse pour me jeter un regard rempli d'amour. Bah oui, mon chien c'est mon homme de ma vie, que croyez-vous ? On est comme des frères tous les deux ! C'est un peu mon idéal animal en fait. Je suis sûr que si j'aurai été un chien, je l'aurai aimé plus que comme un frère, mais bon, je suis un humain et je suis également loin d'être zoophile, alors retenez-vous de rire, merci. Je reste donc quelques minutes devant ma fenêtre, mes bras accoudés sur le bord de l'une d'elle, la tête dans les mains. J'hume l'odeur qui sort sûrement de la maison de mes voisins et je laisse un sourire se figer sur mes lèvres ; un bien maigre d'ailleurs. Je ne suis pas encore habitué à cette vue près de la forêt. La grande ville commence déjà à me manquer, pourtant, je ne sais pas, j'ai l'impression qu'il faut que je reste ici..

Je me décide ensuite à sortir de ma chambre pour aller m'habiller dans la salle de bain, sachant que mes vêtements y sont déjà. Ce que j'aime être organisé. J'ouvre alors la porte qui me coupe du reste de mon chez moi et tombe sur mon Hyuski. Ce dernier se met à aboyer gaiement en se levant brusquement. Je me demande s'il comprend quelque chose lorsque je lui parle ou lorsque je m'entraîne à faire de la magie... Si ça se trouve, il comprend tout, mais ne dit rien. Qui sait ? Vu le monde dans lequel je vis, ça ne doit pas être très improbable. Lorsque j'arrive devant la salle de bain, je laisse un soupire s'échapper d'entre mes lèvres et y entre sans plus de cérémonie. Je fais alors couler l'eau pour prendre une douche en vitesse, me séchant à moitié avant d'enfiler des vêtements propres, que j'avais posé hier sur la commode. Je n'ai tellement plus l'habitude de me lever si tard que je me sens en pleine phase d'hyperactivité. Je sors de la pièce dans laquelle je suis aussi vite que possible et frappe dans mes mains pour alerter mon animal qu'il est l'heure de sortir. La boule de poil arrive avec sa laisse entre les dents, chose qui me fait brusquement rire. Je lui attache l'objet et lui caresse doucement la tête avant de lui déposer un léger baiser sur le bout de son museau. Il est trop chou ! Et puis pour une fois que je ne travaille pas ce jour-ci, je ne vais pas pouvoir m'empêcher d'aller me balader avec mon ami à quatre pattes, d'autant plus qu'il a besoin de faire du sport autant que moi, le pauvre.

Je prends un sac blanc et y fourre un t-shirt de rechange ainsi qu'une bouteille d'eau, mon porte monnaie, un DVD que j'ai emprunté à une amie et mes clefs. Je sors ensuite de la maison qui m'appartient désormais et ferme la porte à clef avec un air surexcité. J'ouvre mon garage pour en sortir mon vélo et attache la laisse de Cloud sur le guidon. Tant qu'il ne tire pas comme un fou, tout ira bien, n'est-ce pas ? Je commence alors à me balader dans tout Mystic Fall's, regardant de temps en temps des personnes d'un air froid. Il y a trop de mauvaises ondes dans cette ville, à croire que tous les vampires du monde se sont donnés rendez-vous ici. Je soupire, exaspéré et m'arrête devant un café. Je passe le cadenas sur mon vélo et rentre avec Cloud. L'un des serveurs me lancent un regard froid, mais je fais mine de n'avoir rien dit. Je ne supporte pas lorsque les gens me disent de le laisser de hors. Il est très bien éduquer mon bébé d'abord ! Le serveur s'approche alors de moi et me demande ce que je désire. Je lui demande donc un café viennois ainsi qu'un pain au chocolat, chose qu'il s'empresse de m'apporter, vu que c'est son job. Je regarde par la fenêtre d'un air lasse tout en caressant Cloud qui respire bruyamment, mais bon, je commence à avoir l'habitude. Ma commande arrive et je paie directement histoire de ne pas être embêté après. Je pose l'aliment au chocolat par terre et fais signe à la brave bête qui me tient compagnie. L'animal ne se fait pas prier et le mange en deux bouchées. Je rigole faiblement avant d'entamer a boisson chaude, passant mes doigts autour de la tasse pour me réchauffer doucement, bien qu'il ne fasse pas si froid que cela.

« Bon, on y va, Cloud. » Dis-je en me levant doucement.

Mon chien ne se fait pas attendre et sors en marchant d'un air heureux. Je souris et reprends la route jusque chez moi en m'activant, histoire de le faire courir un peu plus vite que d'habitude. Arrivé devant chez moi, je regarde autour de moi. Personne. Je récite doucement une formule et voit l'une des fenêtres du salon s'ouvrir. Cloud comprend automatiquement, je n'ai plus vraiment besoin de le pousser pour entrer et il retourne à la maison. Je laisse la fenêtre ouverte au cas où. On ne sait jamais, peut-être qu'il aura une soudaine envie et je ne veux pas qu'il fasse ses besoins dans MA maison. Puis de toute façon, les vampires et autres vilaines bébêtes ne peuvent pas entrer chez moi et je vois mal un habitant de Mystic Fall's me cambrioler, au pire, Cloud est là pour les manger.. Je lui fais donc un coucou de dehors en lui disant que je reviendrai d'ici quelques heures, bah oui, je suis presque sûr de ne pas en avoir pour longtemps. Et le premier qui dit que je ressemble à un fou parce que je parle à mon chien, je le tue. Je regarde ma montre et remarque qu'il est encore assez tôt. Je hausse des épaules et reprends ma route, à pied cette fois-ci. Je ne sais pas, j'ai juste la flemme de refaire du vélo et de toute façon, je dois rendre visite à une amie, alors autant aller la réveiller de bonne heure, bien que je sois sûr qu'elle a dû faire la « chouille » jusque tard dans la nuit. Je me dépêche donc d'arriver, pressant le pas et souriant à certains passants, seulement aux humains et aux sorciers. C'est dans ce genre de moments que je suis bien heureux de pouvoir comprendre qui est quoi dans cette ville si sombre à mon égard. Ce n'est qu'au bout de dix minutes que j'arrive devant l'immeuble de la jeune femme et je me mets à sourire bêtement. Je sonne, ou je n'sonne pas ? Bon, je sonne. Elle décroche.

« Miss Dellombre ? Ici Mr Silvery. J'ai besoin de vous, là tout de suite. Pourriez-vous m'ouvrir histoire que je puisse vous faire plein de poutoux ? Enfin bref, restons sérieux. Tu vas m'ouvrir vieille bique ? Sinon je te jure que je fais un massacre, il faut que je me dépêche de venir te voir pour te rendre ton DVD, sinon je sens que tu vas me tuer. »

Je rigole doucement et elle m'ouvre en m'insultant de tous les noms. C'est beau l'amitié, n'est-ce pas ? J'entre donc dans l'immeuble et remarque une jeune femme au bout de l'allée, prête à prendre l'ascenseur. Je me pince les lèvres et commence à marcher aussi rapidement que possible. Pas question que je prenne les escaliers, j'n'ai pas envie de monter autant d'étages juste pour rendre un DVD. La jeune femme m'adresse un hochement de tête auquel je réponds avec un sourire, un étrange pressentiment se faisant sentir brusquement. Elle me laisse ensuite place pour appuyer sur un bouton. Je la regarde bizarrement avant d'appuyer sur le numéro de l'étage auquel je dois aller et me pousse contre le mur, m'adossant à celui-ci et gonflant mes joues. L'ascenseur fait alors un drôle de bruit et mon coeur s'affole. Déjà que j'ai l'impression de connaître l'inconnue qui se trouve dans la même « pièce » que moi, si en plus il se met à déconner sans que je ne puisse utiliser ma magie, parce que oui, c'est une humaine, alors là je pète mon câble ! Elle parle alors brusquement et je souris faiblement, comme à mon habitude.

« Il doit sûrement être très vieux. » Répondis-je simplement, mettant mes mains dans les poches de mon jean troué.

L'ascenseur passe au deuxième étage, puis plus rien. Il s'arrête brusquement et je soupire comme un buffle. Les lumières s'éteignent et je frappe contre le mur soudainement. Eh oh ! Tu te remets en marche s'il te plaît ? Ce n'est pas que je n'aime pas rester enfermer quelque part, mais je suis légèrement hyperactif, donc si on ne me laisse pas sortir d'ici, je vais m'énerver moi ! Les lumières se rallument, mais simplement parce que ce sont celles qui doivent servir lorsqu'il y a une panne, ou un truc du genre. Ou alors, c'est simplement ma grand-mère qui m'envoie de l'aide (rire). Impossible. Je me tourne vers l'inconnue avant de m'asseoir par terre comme un vulgaire mendiant. « Bon bah y'a plus qu'à espérer que quelqu'un vienne nous sauver d'ici quelques minutes. » Dis-je d'un air exaspéré en sortant mon téléphone. Pas de réseau ? QUOIII ?! « Apparemment y'a pas de réseau par ici, je n'vais pas pouvoir prévenir l'autre idiote... Bon sang, j'ai fait quoi pour mériter ça.. » Je murmure en soupirant de nouveau.

Je passe ma main droite dans mes cheveux et ferme les yeux doucement. Ne pas s'énerver, ne pas s'énerver.. Reste calme, mec. Rien ne va se passer, ce n'est pas comme si tu étais en compagnie de quelqu'un qui voudrait te tuer, alors estimes toi chanceux. « C'est quoi votre nom ? » Je me mords la lèvre inférieure avant de m'excuser un peu précipitamment. Moi et le tact, nous ne sommes pas de très grands amis. « Désolé de demander ça si brusquement. C'est juste qu'on va peut-être en avoir pour une heure ou plus, j'en sais rien et il faut peut-être qu'on s'occupe. Donc je me disais qu'on pourrait parler, histoire de faire passer le temps et d'éviter de stresser pour rien. » Je lui fais un petit sourire avant de ramener mes genoux contre mon torse pour ensuite poser ma tête sur ces derniers en faisant la moue. Je pense que ça va être très, très, très, trèèèèès long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I AM A PERFECT MEMBER

messages : 36
age : 20 ans
situation civil : Célibataire
travail : Artiste-peintre
célébrité : Barbara Palvin


Un peu plus
Bonus:
Situation rp:


MessageSujet: Re: Drapeau blanc || Pv Jayden   Ven 19 Oct - 22:02

Jayden & Lys.
« Drapeau blanc »

Le bruit émanant de l'ascenseur me donnait l'impression d'appartenir à une époque ancestrale. Il devait remonter au temps de la dernière guerre mondiale, m'imaginai-je avec un froncement de sourcil. J'aimais peut-être l'Histoire mais une telle désinvolture concernant l'entretient de cette machine me révoltait. Après une remarque d'esprit que j'adressais à mon compagnon, je croisais les bras contre moi, me sentant légèrement mal à l'aise alors que l'ascenseur tanguait à présent. Une vibration sourde parcourut la cabine, m'expédiant contre un des quatre murs. Je jetai un regard effaré aux commandes qui s'allumaient toutes en même temps. Je sus qu'un énorme bug touchait ce maudis taudis lorsqu'il n'y eut plus aucun mouvement et que la lumière s'éteignit. Mes yeux errèrent hagards, ne retrouvant que pénombre pour alliée. Enfin, nous nous restâmes pas longtemps dans l'obscurité car les lumières revinrent plutôt rapidement.

J'en profitai pour détailler mon compagnon du regard. Il possédait des cheveux châtain clair et des yeux chocolat. Le genre de type qui dégageait une désinvolture perturbante qui les rendait encore plus mystérieux. Je lui attribuai un regard avec une lueur d'intérêt alors qu'il se laissait tomber sur le sol, d'un air fataliste. Sur son visage spontané se dressait une expression embêtée ; on voyait clair qu'il n'était pas bien ravi de se retrouver bloqué dans cet ascenseur. Je ne l'étais pas non plus d'ailleurs. Entre nous, j'aurais préféré, je regrettais amèrement de n'avoir pas pris les escaliers. Ça aurait été plus fatigant mais ça m'aurait épargné bien des soucis.

« Bon bah y'a plus qu'à espérer que quelqu'un vienne nous sauver d'ici quelques minutes. »

Il ne pouvait mieux résumer notre situation. Je lui adressai un faible sourire alors qu'il semblait se battre pour contenir ses pulsions. Quant à moi, je restais adossée au mur sur-lequel m'avait expédiée la secousse quand l'ascenseur s'était arrêté. L'inconnu devait se demander pourquoi j'étais aussi calme. J'espérais seulement qu'il n'allait pas passer sa frustration sur moi. Alors qu'il vérifiait son portable, je farfouillai dans ma poche pour sortir le mien. Je le brandis en sa direction, ajoutant dans un soupir : « Moi, j'ai plus de batteries, c'est pas mieux. Vous croyez qu'on va rester longtemps ici ? J'ai des trucs à manger dans mon sac, on ne mourra pas de faim, c'est déjà ça. » Je ne pus m'empêcher de rire. C'était tout moi de rester cool même dans les situations les plus graves. Sérieusement, il n'y avait pas de quoi s'alarmer. Nous étions en sécurité... pour le moment. A un instant ou à autre, quelqu'un dans l'immeuble chercherait à prendre l'ascenseur et se rendra compte qu'il était bloqué.

En attendant, on pourrait toujours discuter pour passer le temps. Mon compagnon semblait avoir la même idée que moi. Je lui adressai un sourire radieux. Je pris le temps de m'asseoir en face de lui. La cabine était peu large, je devais fléchir les genoux mais ce n'était pas si inconfortable que cela. « Oh, ne vous excusez pas. Je suis contente d'être tombée sur quelqu'un de sociable. Je n'oserais pas imaginer mon cas si ça avait été une vieille chouette désagréable. » J'avais un côté très social, j'aimais discuter de tout et de rien et en étais capable même avec de purs étrangers. Pour le moment, j'étais à l'aise puisque mon interlocuteur était avenant et non pas fermé comme une huître. Même s'il semblait particulièrement frustré. Je remarquai ses gestes rapides et frénétiques, ne supportant guère de rester dans la même position longtemps. J'haussai un sourcil et lui demandai poliment : « Vous semblez mal à l'aise. Seriez-vous claustrophobe ? » Il avait pris à présent une position foetale comme s'il désirait se protéger. Je l'enveloppai d'un regard compréhensif ; ma soeur ne supportait pas d'être enfermée quelque part.

Je remarquai alors que je n'avais pas répondu à sa question précédente. Je me penchais pour lui tendre ma main : « Au fait, je m'appelle Lys. Et vous ? Est-ce que vous habitez ici ? »

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Drapeau blanc || Pv Jayden   

Revenir en haut Aller en bas
 

Drapeau blanc || Pv Jayden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THRILL :: MYSTIC FALLS :: Les rues et habitations :: Les habitations-